vendredi 19 janvier 2018

Syndrome de Hamelin





En neurologie il y a des modes. Et les modes passent. Et parfois on retrouve par hasard des noms de syndromes oubliés. Le syndrome de Hamelin en est un. Vous le ne trouverez pas sur PubMed, seuls les vieux neurologues l'utilisaient. Mais comme la réalité que ce syndrome décrit n'a pas disparu, je profite de ce petit article pour essayer de le réhabiliter.

Pour ceux à qui Hamelin dit quelque chose sans trop savoir quoi, c'est le nom d'une ville allemande associée à un conte ancien (XIIIe siècle) : le joueur de flûte. Pour comprendre ce syndrome il faut connaître le conte alors en voici un résumé.

En 1200 et des poussières, la ville de Hamelin est envahie de rats. N'arrivant pas à les chasser, les habitants décident de payer 100 pièces d'or à toute personne qui réussira à les en débarrasser. Un joueur de flûte propose ses services. En jouant un air magique, il ensorcèle tous les rats qui le suivent en toute confiance. Le joueur de flûte leur fait quitter la ville et les entraine vers la rivière, où les rats meurent noyés.

Revenu à la ville chercher sa récompense, les habitants refusent de le payer. Victime de la malhonnêteté des citadins, le joueur de flûte s'en va, et revient le soir se venger. Il reprend son instrument et joue un autre air, plus maléfique. Celui-ci ensorcèle tous les enfants, qui sous le charme de la musique, suivent le joueur de flute en toute confiance. Le joueur de flûte leur fait quitter la ville et les entraine vers la rivière, où les enfants meurent noyés.

En neurologie le syndrome de Hamelin désigne des individus, victimes réelles ou imaginaires de la société, qui se vengent de celle-ci en gagnant la confiance d'une minorité, qu'ils manipulent à leur seul profit, y compris si cela a des conséquences délétère sur ceux qu'il a conquis.

C'est différent de ce que font les gourous de sectes ou les politiciens démagogues en ce sens que ces derniers, même s'ils manipulent leurs adepte ou leur électorat, ne le font pas pour se venger de la société.

Par contre ce syndrome touche les social justice warrior et autres portes paroles auto désignés, qui prennent la défense d'une cause dans le seul but de rendre les coups qu'ils estiment avoir reçu de la société au sens large.

Vous avez plusieurs exemples en médecine de personnes atteinte par le syndrome de Hamelin. On peut citer les individus qui ont été ou qui pensent avoir été victimes de violences médicales et qui prônent la démédicalisation des soins, indifférents au danger que cela représente pour ceux qui les écoutent. On peut citer également le cas de médecins ostracisés par leur confrères, soit parce qu'ils prônent des thérapies farfelues (comme la cocotte quantique, ou l'encephaloscan d'électrosensibilité), soit parce qu'ils n'ont pas eu la reconnaissance qu'ils estimaient leur être due (sauf en s'exilant au Canada). On peut enfin citer les médecins qui regrettent leur choix professionnel et qui pour surmonter leur frustration, s'inventent un nouvelle réalité dont ils sont les héros en sauvant des SDF poignardés et en se présentant comme les champions de diverses minorités.

SI je vous parle de tout ça, ce n'est pas pour les victimes de ce syndrome mais pour leurs victimes à eux. Je parle de ceux ou celles qui en toute bonne foi se sont laissé séduire par leur discours. Ces victimes (qui souvent, comme dans le compte, ne se rendent pas compte qu'elles sont instrumentalisées) sont majeures et vaccinées (ou pas) et donc libre de se perdre. Mais pour celles qui ont encore un peu de libre arbitre, je vous conseille de les adresser aux infirmières d'éducation thérapeutique. Les IDE d'éducation ne sont pas juste là pour éduquer aux AVK, aux insulines ou aux différents dispositifs contre l'asthme… Ce sont des professionnelles qui ont une formation spécifique de 40 heures qui comporte toute une partie consacrée à l'écoute thérapeutique et aux moyens de renouer un dialogue. Elles ont des outils conceptuels que nous (médecins) n'avons que rarement, et elles ont également le plus souvent un temps dédié au dialogue plus important que le nôtre. Donc exceptionnellement je fais la promotion de cet aspect méconnu et sous utilisé des compétences des IDE d'éducation. Elles font souvent un boulot invisible, mais essentiel pour rattraper certaines catastrophes thérapeutiques liées à la manipulation mentale.



Quelques précisions supplémentaires sur le syndrome de Hamelin suite à vos questions sur Twitter :

Le syndrome de Hamelin n'est pas une maladie mais un type de comportement psychopathologique. Cela ne veut pas dire qu'il est du ressort de la psychiatrie : être en guerre contre la société n'est pas une pathologie mentale.

Ce n'est pas un comportement accessible à la discussion dans la mesure où celui ou celle qui présente un syndrome de Hamelin a un fonctionnement psychique qui lui interdit d'écouter l'autre si l'autre ne vas pas dans son sens (pour ceux qui aiment la science fiction, c'est ce que fait le rédacteur de conscience dans la trilogie de l'œcoumène d'or de John C.Wright). Dans le syndrome de Hamelin, la personne a la conviction inébranlable d'être LA victimes et perçoit ses victimes comme des compagnons qu'elle sauve d'eux-mêmes et de la cécité. Pour le dire autrement, quelqu'un qui a un syndrome de Hamelin réécrit la réalité en inversant les rôles : c'est elle qui est dans le vrai et désintoxique les autres, sans rendre compte qu'elle ne fait que la manipuler pour assouvir une vengeance personnelle.

Raisonner avec une personne qui présente un syndrome de Hamelin et donc tout aussi inutile que de dire à un dépressif qu'il n'a aucune raison de l'être.

En 2018 le syndrome de Hamelin n'est plus décrit sous cette forme. C'est une des multiples variantes de la paranoïa.

Si vous voulez en savoir plus, cet article fait partie de la collection suivante :

Mécanismes de cognition
http://etunpeudeneurologie.blogspot.fr/2012/01/collection-cognition.html

2 commentaires:

  1. Bonsoir,
    Je vous lis d’habitude en silence (et avec un intérêt jamais démenti), mais je ne peux m'empêcher ici de vous questionner : suis-je victime d'une forme mineure d'hallucinatio lectionis ou y a t-il deux attaques ad hominem dans cet article ? Si oui, la seconde au moins ne vous paraît-elle pas un brin caricaturale ?

    RépondreSupprimer
  2. je donne des exemples qui correspondent à des profils publics tels qu'on peut les lire sur divers réseaux sociaux. Cela n'implique pas que ceux qui alimentent ces profils ont un syndrome de Hamelin, tout dépend de la part de fiction qu'ils mettent dans leurs écrits.

    RépondreSupprimer